Tchad : Communiqué de Pierre Moscovici, Secrétaire national aux Relations Internationales

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

Le Parti socialiste condamne sans ambiguïté l’arrestation arbitraire des dirigeants de l’opposition démocratique tchadienne, notamment de Ibni Oumar Mahamat Saleh, ancien ministre et porte-parole de la coalition de l’opposition, Lol Mahmat Choua, ancien chef d’Etat et président du comité de suivi de l’accord du 13 août 2007 en vue du renforcement du processus démocratique au Tchad et de Ngarlejy Yorongar, député fédéraliste, survenue le dimanche 3 février, et qui vise à porter un coup à l’opposition démocratique. Il est absolument inacceptable que le régime d’Idriss Déby profite de la crise pour affaiblir son opposition politique.

Le Bureau national du Parti socialiste avait déjà, dans son communiqué en date du 4 février, condamné ces arrestations et demandé la libération immédiate des dirigeants de l’opposition.

Le Parti socialiste regrette que le gouvernement français, en soutenant le régime d’Idriss Déby, ait en plus fermé les yeux sur les agissements anti-démocratiques de celui-ci. Devant l’indignation provoquée par les violations flagrantes des droits de l’homme et des arrestations arbitraires du président tchadien, le gouvernement français s’est contenté de demander une simple « clarification » sur cette affaire.

Le Parti socialiste réitère sa demande de libération immédiate des opposants tchadiens.

Commenter cet article