Fidel Moungar, ancien Premier ministre du Tchad, intercède auprès du Président tchadien pour la libération des leaders politiques tchadiens

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

"Votre règne a été émaillé d'événements tels que, coups d'état réels ou imaginaires, guerres internes provoquées, gestion prédatrice des revenus de l'Etat, et interventions externes multiples, ayant pour conséquence le développement de la violence avec sa cohorte de pertes humaines, et la mutation de la société tchadienne en une société de violence. Pour y mettre un terme, il vous appartient d'en prendre l'initiative, ou a défaut, d'accepter cette initiative lorsqu'on vous la propose." Fidel Moungar

Adresse solennelle à Mr Idriss Deby,
Président de la République du Tchad


Mr Le Président,

J'ai l'honneur de venir par la présente solliciter de votre haute bienveillance :

1. La libération des leaders politiques de l'opposition démocratique, arbitrairement incarcérés depuis plusieurs jours.
Leur incarcération atteste de ce que vous avez fait du Tchad : une gigantesque prison, dans laquelle les tchadiens sont pris en otage par vous et votre entourage.

2. L'arrêt de la violence qui détruit notre pays et le réduit a la misère.
Votre règne a été émaillé d'événements tels que, coups d'état réels ou imaginaires, guerres internes provoquées, gestion prédatrice des revenus de l'Etat, et interventions externes multiples, ayant pour conséquence le développement de la violence avec sa cohorte de pertes humaines, et la mutation de la société tchadienne en une société de violence. Pour y mettre un terme, il vous appartient d'en prendre l'initiative, ou a défaut, d'accepter cette initiative lorsqu'on vous la propose.


Mr Le Président, la guerre inter tchadienne n'est pas une fatalité.

Sans occulter d'éventuelles responsabilités des partenaires éventuels du Tchad (Soudan, Libye, France), le moment n'est il pas venu de nous interroger sur nos responsabilités d'acteurs politiques tchadiens ?

Qu'est ce qui explique les échecs des multiples tentatives de réconciliation nationale qui finissent souvent dans le drame ou la relance de la guerre ?

Mr Le Président,

Une chose est certaine, personne ne gagnera définitivement cette guerre fratricide. Il vaut mieux s'entendre sur l'essentiel : Paix civile, Sécurité, Bonne Gouvernance, pour épargner les populations tchadiennes qui sont fatiguées de cette guerre interminable.

Prenez donc l'initiative, Mr Le Président.
Rassemblez toutes les parties de notre peuple et faites la paix. L'Histoire vous en saura gré.

Je vous prie d'accorder considération aux deux exigences fondamentales ci dessus exprimées : la libération des opposants politiques, et l'arrêt de la violence.

Salutations patriotiques,

Fidel Moungar
Ancien Premier Ministre du Tchad
MOUNGAR.jpg

Publié dans SOUTIENS POLITIQUES

Commenter cet article