Des incohérences sur l’arrestation des chefs de l’opposition politique qui inquiètent

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

Les chefs des partis politiques regroupés sous la CPDC (Coordination des partis pour la défense de la constitution) et Le Député Ngarlejy YORONGAR ont été enlevés de leurs domiciles par La garde présidentielle de Deby sous des conditions inhumaines et dégradantes d’après tout les témoignes.

"Il s'agit d'un enlèvement par une quinzaine de militaires de la Garde présidentielle …. Il n'a même pas eu le temps de prendre ses chaussures, ils l'ont brutalisé jusque dans le véhicule, et puis ils sont partis vers une destination inconnue", avait déclaré Mahamat Allahou Taher porte parole du RDP. Les témoignages des familles des victimes se ressemblent, tous les opposants ont été arrêtés dans les mêmes conditions par les mêmes groupes. Au domicile de Saleh Kebzabo, député et un des chefs de parti regroupée sous la CPDC qui ne se trouvait pas à NDjamena lors des événements, les hommes de Deby avait saccagé sa maison et tiré à bout portant sur son frère pour l’obliger à dénicher son frère. Les hommes de Deby fouillaient encore la capitale à la recherche de Mr Kebzabo trois jours après le départ des rebelles.

Au début de l’enlèvement, sous la confusion, le camp de Deby disait aux medias internationaux que ces hommes ont été arrêtés parce qu’ils étaient en connivence avec l’ennemi et par conséquent ils seront jugés le moment venu. Le premier ministre disait que c’est les rebelles qui les détenaient et son chef Mr Deby avait traité la question de "petit détail" pourtant ce dernier n’avait pas nié qu’ils soient détenus dans la capitale.

Mercredi, le ministre de l’intérieur fait savoir à l’opinion nationale et internationale: "Nous avons déclenché une enquête judiciaire pour déterminer comment ils ont été arrêtés. J'espère les retrouver dans les meilleurs délais". L’incohérence dans le camp de Deby au sujet de l’enlèvement des chefs de l’opposition commence sérieusement à inquiéter les familles des victimes et les tchadiens en général.

Une fois ils ont été arrêtés parce qu’ils avaient pris langue avec l’ennemi, une autre fois Mr Kascou nous fait savoir que ce sont les rebelles qui les détiennent et son chef refuse de répondre à ce sujet, aujourd’hui on nous dit qu’ils espèrent les retrouver.

La semaine dernière, d’après des sources proches du palais rose, ces hommes sont détenus dans les geôles de l’ex DDS devenu aujourd’hui ANS. Comment explique-t-on donc que le ministre de l’intérieur soit dans l’incapacité de retrouver ces hommes.

Il y a un problème très sérieux et il y a de quoi s’alarmer sur l’état de santé ou même la vie de ces politiciens. Il est temps que Deby nous fournisse des informations précises sur leur état de santé et où ils sont détenus.

Que la communauté internationale arrête de tourner autour du sujet et demande des explications claires sur ce qui s’est exactement passé et sur ce que sont devenus Mr Ibni Oumar Mahamat Saleh, Mr. Wadal Abdelkader, Mr. Lol Mahamat Choua et Mr. Ngarlejy YORONGAR.

Publié dans SOUTIENS POLITIQUES

Commenter cet article