L’inquiétude grandit pour les opposants tchadiens

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

undefinedLes pressions s’accentuent sur les autorités du Tchad à propos des troisundefined dirigeants de l’opposition arrêtés au début du mois à N’Djamena, après une offensive des rebelles contre le président Idriss Déby. Jeudi soir, les autorités tchadiennes ont révélé que l’ancien président Lol Mahamat Choua était détenu dans une prison militaire de la capitale. En partie rassurante, cette nouvelle souligne en revanche l’absence totale d’informations concernant deux autres opposants, portés disparus depuis le 3 février: Ibni Oumar Mahamat Saleh et Ngarlejy Yorongar.

«Nous continuons aujourd’hui à insister pour avoir des informations sur les deux autres opposants», a assuré vendredi le Quai d’Orsay. L’Union européenne demande de son côté la libération «immédiate» des opposants disparus. Mais l’instauration par le président Déby de l’état d’urgence, vendredi, sur tout le territoire, ne va guère dans le sens de l’apaisement : cette mesure autorise en effet les perquisitions à domicile et la censure préalable des médias.

Publié dans SOUTIENS POLITIQUES

Commenter cet article