Jugez-les ou libérez-les !

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

Jugez-les ou libérez-les !
Paru le 21 février 2008

undefinedundefined

Cela fait bientôt 20 jours que Messieurs Lol Mahamat Choua, Yorongar Ngarlejy et Ibni Oumar Mahamat Saleh, tous personnalités politiques de l’opposition démocratique, ont été enlevés par la garde rapprochée du Président Idriss Déby. Le premier sur la liste serait actuellement en détention. La destination et le sort des deux autres restent inconnus à ce jour.

À ce jour, et selon une
déclaration faite ce matin par les suppôts français du Président Déby, les recherches continues d’être menées au sujet d’Ibni Oumar Mahamat Saleh et de Ngarlejy Yorongar. Cette déclaration paraît d’autant plus inquiétante qu’elle laisse supposer que ces opposants politiques ne seraient pas détenus par la milice politique d’Idriss Déby. Autrement dit, ils se seraient soit « cachés dans leur famille » comme l’a affirmé de façon grotesque Ahmat Bachir, soit ils auraient été purement et simplement exécutés comme le supposent les organisations internationales des droits de l’Homme.

Si toutefois Ibni Oumar Mahamat Saleh et Ngarlejy Yorangar sont bel et bien en vie et qu’ils sont détenus par les forces de Déby, il est plus qu’impérieux de formuler les chefs d’inculpation au plus vite et les remettre aux mains de la Justice qui est seule compétente pour les juger. À défaut de chefs d’inculpation, le gouvernement doit  remettre ces opposants en liberté tout aussi plus vite.  Monsieur Kouchner qui s’est érigé en défenseur de la légitimité politique d’Idriss Déby et de la divine démocratie tchadienne doit assumer jusqu’au bout les conséquences de sa « clairvoyante » appréciation de son protégé.

Quant à Monsieur Déby et à ses ministres, sachez que ceux qui méritent d’être arrêtés et mis hors d’état de nuire, ce sont principalement les rebelles qui cherchent par tout moyen à renverser le pouvoir par les armes et non pas les opposants à qui la Constitution reconnaît expressément le droit de participer à la vie démocratique de notre pays. Vous prétendez défendre la Constitution, mais tous vos actes prouvent le contraire. Parmi les plus récents :

-    Mahamat Nour Abdelkérim avait sa place en prison puisqu’il avait tué beaucoup trop de Tchadiens le 13 avril 2006. Vous avez préféré le nommer Ministre de la Défense et ainsi empêché que la Justice le poursuive pour « atteinte à la sûreté de l’Etat » comme décidé par vous-mêmes quelque mois auparavant.

-    Al-Djinédi avait sa place en prison puisqu’il avait tenté plusieurs fois, avec toutes les factions rebelles de l’Est, de renverser le pouvoir. Vous avez préféré le nommer Ministre. Idem pour le chef d’inculpation et l’obstruction à la Justice.

-    Yaya Dillo Djérou avait sa place en prison puisqu’il était le fondateur du Scud et avait participé à plusieurs escarmouches à ce titre. Son mouvement a été repris et réorganisé par Timan Erdimi. Vous venez de le nommer Ministre. Idem pour le chef d’inculpation et l’obstruction à la Justice.

-    Amine Ben Barka a sa place en prison. Il est actuellement en attente d’une nomination à l’une des plus hautes fonctions de l’Etat.

-    Plusieurs membres du RFC ayant participé aux récents combats de N’Djamena qui a fait plus de 700 morts et de nombreux dégâts matériels sont aujourd’hui accueillis à N’Djamena et sont en attente d’être rétribués.

Que reprochez-vous aux opposants que vous détenez ? D’avoir refuser de prendre les armes contre votre régime ? J’espère que ni Ibni Oumar Mahamat Saleh ni Yorongar Ngarlejy ne tueront jamais les Tchadiens pour gagner votre amitié. Et maintenant, il faudra les libérer s’ils sont encore en vie.


Lyadish Ahmed

Publié dans SOUTIENS POLITIQUES

Commenter cet article