Incorruptibles, donc coupables!

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

Incorruptibles, donc coupables

undefinedundefined

Ibni Oumar Mahamat Saleh et Yorongar Ngarlejy font partie des opposants politiques incorruptibles. Ils sont en réalité les seuls leaders de l’opposition démocratique qu’Idriss Déby n’a jamais réussi à corrompre durant ces dix dernières années. Leur disparition, plus que tout autre, profite à n’en point douter au tyran de N’Djamena. Et pour cause !

Ibni Oumar Mahamat Saleh. À la différence de beaucoup d’opposants dits « Nordistes » incultes, attardés, foncièrement corrompus et incapables de penser la politique autrement que par massacres et assassinats, Ibni Oumar Mahamat Saleh est un homme politique d’une intégrité morale irréprochable. Sa franchise, son honnêteté et son combat pour l’instauration d’une démocratie saine (débarrassée des aigrefins et autres généraux d’opérette qui pillent et endeuillent chaque jour les Tchadiens), lui  valent  l’estime et le respect de ses concitoyens. Inversement, sa détermination à respecter la Constitution et son refus d’ôter la vie humaine à des innocents pour quelque cause que ce soit, lui ont toujours valu les reproches muets de ceux qui sont habitués à se nourrir du sang des Tchadiens.
Ibni Oumar Mahamat Saleh n’a jamais voulu braquer une arme contre ses concitoyens. Il a toujours refusé de se compromettre avec une cohorte de primitifs vivant dans une opulence insolente parmi une population souffrante et quotidiennement délestée mais résignée. Ibni Oumar Mahamat Saleh est un homme juste. Sa noble personnalité et son charisme assombrissent sans nul doute la personnalité manifestement défaillante et l’injustice lugubre d’Idriss Déby et de ses ouailles. Pour ces raisons, et pour bien d’autres certainement, le tyran de N’Djamena pourrait chercher à s’en débarrasser. Faut-il le reconnaître, nombreux parmi les opposants sont facilement corruptibles.

Yorongar Ngarlejy. Il est mondialement connu pour être l’opposant politique attitré d’Idriss Déby. L’homme est connu pour son franc-parler et sa  stigmatisation des injustices faites aux Tchadiens par un régime politique qui, en 17 années de règne, a réussi à appauvrir la masse populaire pour enrichir une minorité d’hommes et de femmes sans dignité et sans grandeur. Tout comme Ibni Oumar Mahamat Saleh, le Président du parti Fédération symbolise le combat d’un peuple soumis et assujetti aux caprices d’un prétendu président de la République enfermé dans ses illusions et incapable d’assumer l’autorité de l’Etat. Yorongar Ngarlejy nous rappelle chaque jour que le Tchad se meurt entre les mains d’un régime politique dont les dirigeants pillent les richesses sans s’inquiéter, clochardisent ses fonctionnaires, encouragent la corruption, l’incompétence, l’incivilité et participent à la sclérose de la pensée politique. Dans l’enceinte de l’Assemblée nationale ou sur les places populaires, Yorongar crache sa vérité, celle du peuple  tchadien, au Président Idriss Déby et à ses prostitués qui, on l’a encore récemment vu, sont les premiers à déguerpir lorsque leur maître est en danger.

Ibni Oumar Mahamat Saleh et Yorongar Ngareljy renvoient à Idriss Déby et à sa bande de godillots, une image d’une pureté morale et politique que ces derniers rêvent d’avoir mais qu’ils restent incapables de saisir parce que leurs consciences sont irrémédiablement atrophiées. Seule leur disparition aura pour effet d’apaiser les atroces douleurs subies par ces âmes en perdition face à une pureté insaisissable.

L. A

Publié dans SOUTIENS POLITIQUES

Commenter cet article