Lol Mahamat Choua sera-t-il le premier Tchadien à être jugé pour rébellion ?

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens


undefined

21 jours après son enlèvement et 10 jours après sa « découverte » parmi les « rebelles faits prisonniers sur le champ de bataille », Lol Mahamat Choua est toujours gardé dans les geôles de la police politique du régime de N’Djamena. Les autorités gouvernementales l’accusent d’avoir noué des contacts avec les rebelles lors de l’attaque de la capitale. Il a été « pris en flagrant délit » selon un communiqué du gouvernement. En d’autres termes, Lol Mahamat Choua avait été, sinon surpris arme à la main contre l’ANT, du moins en négociation  effective avec les rebelles. Sa famille dément cette thèse et affirme que l’ex-chef de l’Etat a été arrêté chez lui, à son domicile privé.

Aujourd’hui, malgré les multiples appels à la raison de la part de son parti politique, de la CPDC et des ONG, les autorités tchadiennes maintiennent leur version des faits et affirment avoir décidé de traduire Lol Mahamat Choua devant les instances judiciaires afin que celui-ci réponde de ses actes. Idriss Déby a indiqué que la libération de M. Lol Mahamat Choua, « demeurait conditionnée à l'aboutissement de la procédure judiciaire ». Cette volonté de traduire le président du RDP en justice est confirmée par Ahmad Allam-Mi  qui a précisé que « nous sommes actuellement dans une situation d'exception. On ne va pas libérer (Lol) tant que le pouvoir judiciaire n'aura pas clarifié sa situation ».

Lol Mahamat Choua sera donc probablement présenté devant un juge judiciaire pour atteinte à la sûreté de l’Etat. Il sera alors le premier Tchadien à être jugé pour un tel motif. Cette situation pose toutefois la question de « l’égalité des opposants démocratiques et des opposants rebelles devant la loi ». En effet, aucun rebelle n’a jamais été inquiété pour avoir tenté de renverser Idriss Déby. Bien au contraire, le Président tchadien récompense largement toute personne ayant essayé de le renverser par les armes. Les exemples sont légion en la matière. D’ailleurs, Ahmad Allam-Mi a révélé récemment vouloir engager des négociations de paix avec les rebelles qui ont attaqué N’Djamena les 2 et 3 février dernier. Pourquoi donc Lol Mahamat Choua, accusé pourtant de rébellion, doit-il être soumis à un régime spécifique ? Il aurait été mieux traité s’il avait réanimé son mouvement rebelle d’antan, le MPLT ?

Les autorités tchadiennes doivent adopter une attitude cohérente face à la situation qui prévaut actuellement au pays. Il me paraît totalement ubuesque que d’une part, Idriss Déby et ses ministres cherchent à choyer des opposants armés qu’ils placent au-dessus de la loi, et que d’autre part des opposants démocratiques soient accusés injustement par ces mêmes autorités et traduits arbitrairement devant le juge. Les Tchadiens ne sont-ils pas égaux devant la loi ? J’espère que les juges devant qui sera présenté Lol Mahamat Choua sauront garder leur lucidité et prononcer un non-lieu dans cette affaire. Il faut arrêter de fouler au pied les lois de notre pays.

Lyadish Ahmed

Publié dans SOUTIENS POLITIQUES

Commenter cet article