Nicolas Sarkozy en visite au Tchad mercredi

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

Le président français Nicolas Sarkozy effectuera mercredi une visite de quelques heures au Tchad, au cours de laquelle il demandera à son homologue Idriss Déby d'accepter la création d'une commission d'enquête internationale sur la disparition de deux opposants, a affirmé mardi le porte-parole de l'Elysée David Martinon.

"L'amitié entre nos deux pays ne pourra grandir qu'à condition que le processus de démocratisation reprenne et s'accélère", a souligné M. Martinon.

Nicolas Sarkozy devrait donc demander mercredi au président tchadien de "relancer le dialogue politique inter-tchadien" mais aussi que "toute la lumière soit faite sur la disparition des deux opposants" Ngarlejy Yorongar et Ibni Oumar Mohamat Saleh.

Il devrait en particulier tenter de convaincre Idriss Déby d'accepter la constitution d'une "commission d'enquête crédible, internationale", selon David Martinon.

Les avocats des deux opposants arrêtés par le gouvernement tchadien ont demandé mardi dans un communiqué au président français d'obtenir du président Déby "les informations les plus précises" sur leurs clients dont ils sont sans nouvelles depuis un mois.

Les avocats, quatre Tchadiens et un Français, lui demandent "solennellement de les rencontrer lors de son passage au Tchad de sorte qu'il puisse être réellement informé de la situation sur place" et de s'informer sur les charges qui pèsent sur Ngarlejy Yorongar et Ibni Oumar Mohamat Saleh.

Ces deux hauts responsables de l'opposition tchadienne sont toujours portés disparus, alors que l'ancien président Lol Mahamat Choua a été arrêté pendant les combats. Amnesty International accuse le gouvernement de N'Djamena de mener une chasse aux opposants sous le couvert de l'état d'urgence décrété le 14 février après la tentative de renversement par des rebelles du président Idriss Déby les 2 et 3 février.

Le président français se rend par ailleurs au Tchad alors qu'une demande de grâce a été transmise à N'Djamena par les six membres de l'Arche de Zoé condamnés en décembre dernier.

Idriss Déby avait laissé entendre le 7 février qu'il pourrait accorder sa grâce aux six Français condamnés le 26 décembre au Tchad à huit ans de travaux forcés pour avoir tenté d'emmener en France 103 enfants présentés à tort comme des orphelins du Darfour. "Je suis prêt à les pardonner", avait-il dit.

Après son étape tchadienne, Nicolas Sarkozy est attendu en Afrique du Sud jeudi et vendredi. Selon le ministère sud-africain des Affaires étrangères, il sera accompagné par son épouse Carla Bruni, qui participera ainsi à sa première visite officielle en tant que "première dame". "Rien n'est arrêté", assurait-on mardi à l'Elysée au sujet de la présence de Mme Sarkozy. AP

co/pyr

Publié dans FRANCE ET TCHAD

Commenter cet article