Le fils de l’opposant disparu reçu à l’Elysée

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

Reuters - Mercredi 5 mars, 07h32

undefined
Sur le site de l'Elysée:
Entretien avec M. Hicham Oumar SALEH

PARIS (Reuters) - Le président français Nicolas Sarkozy a reçu mardi soir à Paris le fils de l'opposant tchadien Ibni Oumar Saleh, dont on est sans nouvelles depuis l'échec de l'offensive rebelle, début février, à N'Djamena.
(publicité)

Dans un communiqué, le porte-parole de l'Elysée, David Martinon, a indiqué que les discussions avec Hicham Oumar Saleh avaient principalement porté sur la commission internationale d'enquête que le président tchadien Idriss Déby a accepté de créer, à la demande de Paris, sur les disparitions et arrestations d'opposants.

Le président français a réaffirmé à cette occasion son souhait que cette commission "fasse une place plus large à la communauté internationale", lit-on dans ce communiqué.

Saleh, chef de file d'une coalition de partis d'opposition, et le député "sudiste" Ngarlejy Yorongar ont disparu depuis le raid rebelle du début février et selon leurs familles et leurs avocats, ils auraient été arrêtés le 3 février à leurs domiciles par l'armée gouvernementale, ce que nient les autorités.

Yorongar a, depuis, refait surface à Yaoundé, la capitale camerounaise, où il a entamé des formalités de demande d'asile auprès de pays européens.

Un troisième opposant, l'ancien président Lol Mahamat Choua, lui aussi arrêté lors de la bataille de N'Djamena, a été placé en résidence surveillée.

Le 27 février, lors d'une brève escale à N'Djamena sur le chemin de l'Afrique du Sud, Sarkozy s'était enquis du sort des opposants disparus ou arrêtés et avait obtenu de son homologue tchadien son accord pour la création d'une commission d'enquête internationale sur le sujet.

Jean-Loup Fiévet

Commenter cet article