Tchad: l'opposant Oumar Mahamat Saleh serait en vie, selon son fils

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

undefined STRASBOURG (AFP) — L'un des fils d'Ibni Oumar Mahamat Saleh, porte-parole de la principale coalition de l'opposition au Tchad disparu depuis le 3 février, affirme, sans certitude, que son père est toujours en vie, mais qu'il est retenu en captivité par des forces inconnues.

L'opposant tchadien Ngarlejy Yorongar, porté disparu après l'attaque rebelle sur N'Djamena début février et réapparu au Cameroun, a craint au contraire, dans un entretien jeudi à Paris, qu'Ibni Oumar Mahamat Saleh soit mort.

Interrogé vendredi à Strasbourg par l'AFP, en marge d'une manifestation d'une vingtaine de Tchadiens devant le Parlement européen, Mohamed-Saleh a déclaré que son père, "grand athlète bien portant", aura su résister à d'éventuels coups et que "ceux qui le retiennent cherchent une stratégie pour le relâcher ici ou là".

"Nous ne savons pas exactement qui le retient, nous n'avons pu identifier qui exactement" a-t-il ajouté, évoquant toutefois "des éléments de la garde présidentielle".

"Nous demandons sa libération pure et simple", a-t-il déclaré alors que ses compatriotes brandissaient une banderole proclamant "Libérez le peuple tchadien du clan Idriss Deby", du nom du président.

Nicolas Sarkozy "doit dire à ce dictateur soumis à la France de libérer Ibni Oumar Mahamat Saleh", a estimé son fils.

Nicolas Sarkozy avait rencontré mardi soir à Paris, Hicham, un autre fils de l'opposant disparu avec qui il a évoqué la "commission d'enquête" dont il a réclamé la mise en place par les autorités tchadiennes pour faire la lumière sur le sort des opposants.

Le président Idriss Deby Itno dément que l'armée tchadienne ou la garde présidentielle aient arrêté Ibni Oumar Mahamat Saleh et Ngarlejy Yorongar, comme l'a affirmé ce dernier.

"Ni M. Yorongar ni M. Ibni Oumar n'ont été interpellés par l'armée", a déclaré le président tchadien, lors d'une interview à la chaîne France 24 à N'Djamena, diffusée jeudi soir.

Commenter cet article