Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CPDC: Communiqué de presse N° 11 /CPDC/08

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

 

Les Partis politiques membres de la CPDC se sont réunis en séance plénière le vendredi 28 mars 2008.

 

Ayant pris connaissance du communiqué de presse du cabinet civil de la présidence de la République du 25 mars 2008, la CPDC tient à porter à l’attention de l’opinion nationale et internationale ce qui suit :

1- La déclaration du Chef de l’Etat survient à un moment où le Tchad tout entier de même que la communauté internationale est dans l’attente d’un déclic politique important après les conséquences terribles des évènements de N’Djamena des 02 au 03 février 2008 et que l’opposition démocratique reste sous le choc des arrestations opérées en son sein.

2- Cette déclaration de portée générale intervient aussi alors que la séquestration arbitraire des responsables de l’opposition démocratique a fortement entamé la confiance des acteurs politiques et à un moment ou la CPDC reste toujours sans nouvelles de son porte parole M. IBNI OUMAR MAHAMAT SALEH.

3 – Les Partis de la CPDC constatent également l’exécution d’importants préparatifs de guerre de part et d’autre en violation des accords signés et au moment même où on parle de plus en plus de paix, notamment à travers ladite déclaration.

4 – Tout en prenant note de cette énième déclaration d’attachement du Chef de l’Etat à la paix et à l’exécution de l’accord du 13 août 2007 ainsi qu’a d’autres accords conclus, les Partis membres de la CPDC s’interrogent sur la volonté réelle du Président Deby de créer les conditions d’une sortie de crise.

5 – La Déclaration du Président Deby demandant à l’opposition démocratique de reprendre sa place au sein du comité de suivi de l’accord de 13 août 2007, n’apporte aucune lueur d’espoir quant à la reprise d’un dialogue sain entre les acteurs politiques et sonne comme une fin de non recevoir à tous les appels et toutes les solutions préconisées en vue d’un dialogue national de sortie de crise.

6 – La CPDC rappelle que c’est l’absence de volonté réelle du pouvoir qui a jusqu’ici hypothéqué tous les accords successifs signés notamment l’accord primordial du 13 août 2007 et on voit mal avec quelles garanties nouvelles ces accords pourront dorénavant s’appliquer sans entraves.

Au vu de tout ce qui précède, tout en prenant note du contenu de la déclaration du Chef de l’Etat et surtout de la reconnaissance par le pouvoir d’un « problème interne tchadien » qui doit être résolu par le dialogue, les partis politiques membres de la CPDC :

7 – Réaffirment leur disponibilité pour un dialogue constructif pourvu que soit restauré un climat de confiance et de liberté nécessaire à la reprise d’un tel dialogue dans un cadre élargi.

8 – Tiennent à réaffirmer que la confiance et la paix demeurent des facteurs incontournables pour la mise en œuvre de l’accord du 13 août et appellent le pouvoir à poser des actes de nature en rétablir la confiance rompue avec l’opposition démocratique.

9 - Exigent la libération immédiate et inconditionnelle de leur porte – parole M. IBNI OUMAR MAHAMAT SALEH

10 – Demandent la levée de toutes les mesures restrictives des libertés collectives et individuelles notamment celles relatives à la presse privée et la sauvegarde de l’espace d’expression.

11 – demandent la proclamation d’un cessez – le – feu afin d’éloigner le spectre de la guerre et des conflits et de donner une chance au règlement pacifique avec les mouvements armés.

12 – Exhortent le pouvoir du Président Deby à rechercher des solutions globales par la négociation et la concertation avec tous les tchadiens et non la guerre perpétuelle source de souffrance.

Fait à N’Djamena, le 29 février 2008

Le Porte – parole adjoint
HAMID MAHAMAT DAHALOB

Commenter cet article