compte rendu de la réunion publique du 10 avril 2008

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

Le sort d'Ibni Oumar Mahamat Saleh : la recherche de la vérité

 

Le jeudi 10 avril, au centre culturel d'Yvremont à Olivet, s'est tenue une réunion d'information et de débat sur le sort du professeur Ibni Oumar, opposant démocratique tchadien disparu le 3 février à N'Djamena. Cette réunion s'est tenue en présence de ses deux fils Hicham et Mohamed Saleh,  des adjoints au maire d'Olivet Phillipe Belouet et Jean-Luc Molvot, et du sénateur du Loiret Jean-Pierre Sueur. Elle a été ouverte par Edouard Boukié, ami très proche d'Ibni Oumar. Elle a réuni plus de 30 personnes, parmi lesquels des enseignants de l'université d'Orléans, d'anciens condisciples d'Ibni Oumar lorsqu'il y faisait ses études, des sympathisants. Alexandre Minet, de la fondation Jean Jaurès, avait fait spécialement le déplacement de Paris.

 

Ibni Oumar, des liens forts avec l'université d'Orléans

Ibni Oumar a fait toutes ses études universitaires en mathématiques à l'université d'Orléans, où il est arrivé en 1970. Il est docteur de l'université d'Orléans. Il a toujours gardé des contacts amicaux et professionnels avec son université d'origine. Il a exercé ses fonctions de professeur à Niamey, puis à l'université de N'Djamena dont il a été Recteur. Il a été plusieurs fois Ministre. A ces deux titres, il est à l'origine de l'implication de l'université d'Orléans dans des accords inter-universitaires concernant les trois facultés de sciences, lettres et sciences humaines, droit et sciences économiques. Du fait de ces liens anciens et étroits, les membres de l'université d'Orléans ont éprouvé une profonde émotion à l'annonce de sa disparition, émotion qui s'est rapidement étendue à l'ensemble de la communauté mathématique dont il est issu. Une pétition à l'initiative des sociétés savantes françaises de mathématiques a recueilli plus de 2 250 signatures venues du monde entier.


Ibni Oumar est au Tchad membre actif de l'opposition depuis les années 2000 comme dirigeant d'un parti politique (le PLD). Actuellement il est secrétaire général de la coordination de 21 partis d'opposition (la CPDC). La disparition d'Ibni Oumar est vue par ces deux formations comme un affaiblissement considérable de leur position.

Que ce soit dans ses fonctions gouvernementales, ou dans sa position d'opposant, Ibni Oumar a toujours privilégié l'approche démocratique.

 

L’inquiétude

 

A cette réunion, des témoignages ont été apportés sur l'arrestation d'Ibni Oumar à son domicile, à la tombée de la nuit, par des hommes armés en uniforme. Cette même soirée, deux autres opposants politiques ont été arrêtés, qui ont été depuis libérés. Par contre on est toujours sans nouvelles d'Ibni Oumar. Malgré la visite du Président de la République Française à N'Djamena le 27 février, le mystère s'épaissit. Jean-Pierre Sueur a fait état de ses nouveaux courriers aux autorités françaises.


Les interventions ont été nombreuses, reflétant les divers aspects de l'activité d'Ibni Oumar et des conséquences de sa disparition. Une réflexion a été lancée sur les prolongements possibles de cette réunion de soutien à Ibni Oumar.

Tous les participants à cette réunion se sont retrouvés pour demander unanimement la vérité sur le sort réservé à Ibni Oumar.


Contact à l’université d’Orléans : Yves Denizeau, yves.denizeau@univ-orléans.fr

Site de la pétition :  http://smf.emath.fr/PetitionSaleh/

 

Commenter cet article