Intervention en plénière de Marie Anne Isler Béguin, le 24 Avril 2008 dans le cadre de la résolution commune sur le Tchad

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

 

Le 3 février 2008, selon des témoignages concordants, Ibni Oumar Mahamat Saleh a été arrêté à son domicile par des hommes armés revêtus d’uniformes. Depuis cette date, aucune nouvelle officielle, et son entourage familial et ses amis politiques craignent qu’il n’ait été froidement exécuté après son arrestation.

 

Cette absence d’information ne peut plus perdurer et le Président Idriss Deby doit communiquer les informations qu’il détient.

Par conséquent, nous demandons, en insistant tout particulièrement auprès des autorités françaises qui ont apporté l’aide que l’on sait au Président tchadien, que tout la lumière soit faite sur la disparition d’Ibni Oumar Mahamat Saleh pour lequel nous nourrissons les plus vives inquiétudes, mais aussi sur le sort de tous les autres prisonniers politiques.

Cela ne peut en aucun cas masquer la situation dramatique de plus de 4 millions de personnes prises entre deux feux.

C’est pourquoi il est impératif que le dialogue s’instaure entre toutes les parties : gouvernement tchadien, opposition, rebelles, comme elles s’y étaient engagées, dans la perspective pour 2009 d’élections libres en concordance avec les normes internationales.

La mission de l’EUFOR est primordiale pour le maintien de la paix entre le Tchad et le Soudan et pour garantir la sécurité des actions humanitaires en faveur des réfugiés de tous bords. Cette mission ne peut réussir sans la participation active de tous les pays de l’Union européenne.

D’autre part, l’EUFOR comprenant un fort contingent de forces françaises, il est indispensable d’établir la séparation entre le plan épervier et les forces européennes.

Il est important pour la vie de millions de réfugiés -dans une première urgence- mais aussi à plus long terme pour le sort des pays du centre Afrique, que la stabilité politique soit reconquise par le silence des armes, le rétablissement du dialogue et les respect des droits de l’homme.

Publié dans SOUTIENS POLITIQUES

Commenter cet article