France: La disparition d’Ibni Oumar soulevée mardi au Sénat français

Publié le par Liberté pour IBNI OUMAR

Le sénateur français Jean- Pierre Sueur va interpeller mardi, au cours de la séance publique du Sénat français, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, sur les conditions de la disparition le 3 février dernier de l’opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh, a appris la PANA à Paris.

Ibni Oumar Mahamat Saleh, plusieurs fois ministres, était président du Parti pour les libertés et le développement (PLD) et porte-parole de la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC) avant disparition.

L’opposant n’a pas donné signe de vie depuis son enlèvement par des militaires tchadiens le 3 février dernier après l’attaque, par une coalition de forces rebelles, sur N’Djaména qui a failli emporter le régime du président Idriss Deby Itno sauvé grâce au soutien de l’armée française.

"Nous attendons que l’interpellation du sénateur Jean-Pierre Sueur puisse nous apporter des éclaircissements sur le sort de Ibni: soit il est mort, alors dans ce cas il faut nous restituer son corps; soit il est vivant alors il faut le remettre en liberté", a déclaré à la PANA Edouard Boukier, représentant France-Europe du Pld et Cpdc.

Une commission d’enquête, mise en place par le régime tchadien, a rendu son rapport qui a mis en cause l’armée tchadienne dans cette disparition et qui a indiqué que selon toute vraisemblance, Ibni Oumar est "décédé" sans établir formellement la mort de l’opposant.

"Aucune information ou élément de preuve n'ont pu être obtenus sur le sort d'Ibni Oumar Mahamat Saleh, le seul des opposants politiques enlevés le 3 février à ne pas avoir réapparu. Les gens pensent qu'il serait désormais décédé", indique le rapport.
 
Paris - 26/10/2008

Pana


Publié dans FRANCE ET TCHAD

Commenter cet article