SARKOZY, KOUCHNER: allez vous encore une fois sauver l'assassin d'Ibni Oumar Mahamat Saleh et de tant d'autres...

Publié le par Liberté pour IBNI OUMAR

 

 

Une fois encore, des rebelles armés tentent (comme en son temps le putchiste Deby) de faire basculer le pouvoir à N'Djamena.

 

Une fois encore, la condamnation des parrains de la dictature à Paris est immédiate... avec de nobles principes: intégrité du Tchad, pouvoir légitime, refus de l'engrenage, risques pour les civils, rempart contre l'islamisme ou/et la Chine, etc...

 

Un leader démocrate, incorruptible, laic, opposé au choix des armes, a-tribaliste, plein de projets pour son pays et aux portes du pouvoir de transition a été assassiné avec quelques centaines de militants anonymes par des Tchadiens. Et ce, sous le parrainage à peine discret du même quarteron français qui vassalise la France à l'OTAN sans l'avis du Peuple.

 

Ibni Oumar Mahammat Saleh a été arrêté sans votre désaccord, torturé en votre connaissance, éliminé sous votre main protectrice du régime.

 

Le Peuple Tchadien s'en souviendra.  Des témoins, voire des coupables..., finiront par parler.

La République Française paiera malheureusement  un jour vos actions que la plupart des Français ignorent...

 

En Américains de Paris, vous croyez qu'il existe toujours une porte de sortie... On soutient les Talibans puis on les combat puis on négocie puis ..., etc... Idem au Tchad et ailleurs... On soutient un putchiste jusqu'au bout et, s'il tombe, on le lache juste avant le coup de grace... et c'est reparti comme dans les 70's.

 

Il faut faire passer le message que le Pouvoir de la République Française est utilisé par Sarkozy et Kouchner, au nom du Peuple Français,  pour soutenir un pillard sans projet, assassin et dictateur.

 

Je n'irai pas à N'Djamena m'excuser au nom du Peuple Français pour ce parrainage scandaleux.

C'est ici qu'il faut combattre ceux qui profitent de leurs situations et des circonstances pour trahir les principes mêmes de la République Française!

Publié dans SOUTIENS POLITIQUES

Commenter cet article