Lettre à Madame Ségolène ROYAL

Publié le par Comité de soutien aux opposants tchadiens

IBNI OUMAR HICHAM

               2 Place du bois (Apt 130)

               45100 Orléans

               06.68.31.58.43

               hichamibni@hotmail.com

                                                                                             Madame Ségolène ROYAL

                                                                                             Présidente de Région

Région Poitou-Charentes
15, rue de l'ancienne comédie
BP 575
86021 POITIERS CEDEX

 

 

                                                                                       Orléans, le  14 février 2008

 

Madame la Présidente,

 

Je suis un étudiant franco-tchadien à la faculté de droit de l’Université d’Orléans et je viens auprès de votre personnalité solliciter une aide ou du moins une clarification sur un sujet très important.

 

Mon père, une  personnalité politique Tchadienne en l’occurrence, Monsieur Ibni-oumar MAHAMAT SALEH : Secrétaire général du PLD (Parti pour les Libertés et le Développement www.pldtchad.org) et porte-parole de la coalition des partis politiques de l’opposition démocratique (CPDC : la Coordination des Partis Politiques pour la Défense de la Constitution) à été arrêté dans la nuit du dimanche 03 février 2008 à 20h30 sis à son domicile à N’djamena (TCHAD) par des hommes enturbannés et armés qui ont fait irruption dans la maison et tirant des coups de feu de sommation.

D’autres chefs de partis politiques auraient également été arrêtés, en l’occurrence Monsieur Ngarledji Yorongar, Monsieur Lol Mahamat Choua et Monsieur Wadal Abdelkader Kamougué.

 

La France qui se veut d’être le pays des droits de l’Homme, de la justice et de la démocratie se doit d’intervenir en faveur de la libération de ces hommes politiques. Ma famille, le peuple tchadien sûrement et moi-même sommes très inquiets de cette situation vu que les médias en font à peine mot et que Monsieur Idriss Déby est capable du pire et cela se sait. Combien d’opposants politiques ont été muselés depuis 1990 s’ils n’ont pas été simplement exécutés. La France se doit de clarifier cette situation vu que la disparition de ces hommes politiques ne ferait que plonger le Tchad dans un chaos inextricable.

 

Aussi, je viens auprès de votre personnalité, d’abord en tant que citoyen français et ensuite comme un fils dont le père risque de disparaître à cause d’une politique françafricaine qui ne tolère pas les démocrates ou les laisse à leur propre sort, je vous demande d’intercéder en faveur de ces personnalités dont le Tchad a grand besoin.

 

Veuillez agréer, Madame ROYAL, l’expression de mon respect le plus profond.

 

         

                                                                                                  IBNI OUMAR Hicham

Commenter cet article