5 MOIS DE CAPTIVITE DE L'OPPOSANT IBNI OUMAR PAR LE DICTATEUR

Publié le par Liberté pour IBNI OUMAR

Tout d'abord le Comité de Soutien se réjouit de la libération de l'opposante franco-colombienne INGRID BETANCOURT, cette nouvelle suscite en nous de l'espoir sur le sort des prisonniers politiques de part le monde dont monsieur IBNI OUMAR.

En ce qui nous concerne, ce jour 3 juillet 2008, cinq mois se seront écoulés mais aucune nouvelle d’IBNI OUMAR. C’est le silence le plus
opaque. Pour le cas IBNI OUMAR,  l’incertitude est bouleversante et l’inquiétude, toujours grandissante.

Depuis quelque temps on a l’impression que l’enlèvement du Dr IBNI OUMAR  arrange certains opportunistes politiques de la place personne n'en parle, tous sont allez à la soupe juste après sa disparition. Quant à IDRISS : l’auteur et ses complices directs et indirects, ils refusent tous encore d’avouer ce qu'ils ont fait. Pendant que le gouvernement français qui a laissé faire IDRISS parle toujours d'éclaircissements nécéssaires, et annonce un rapport de la commission d'enquête pour ce mois (commission dirigé par un valet de IDRISS dont les proches baignent dans le pouvoir, un de ses frères actuellement SGP en est une bonne illustration), commission de facade non reconnue par la famille ni le parti, IDRISS continu de minimiser l’affaire d'etat sur les ondes de RFI pas plus loin qu’hier : Pour brouiller les pistes il parle de vies humaines qui se valent, comme si ont insinuait que la vie de IBNI était plus importante que celui d’un autre tchadien. Ecoutez monsieur IDRISS : IBNI a été pris chez lui par vos éléments de la DGSSI (Garde Prétorienne) donc sous vos ordres..

L'opposition n'existe plus il ne faut pas se leurrer : un accident de l’histoire de notre pays a fait de certains des opposants, des gens qui ont perdu la confiance du peuple, des gens sans assisses populaire et qui parlent de tout en ce moment (Campagne,législative...etc), sauf du sort que IDRISS a réservé à leur collègue et ami, cet homme qui, par idéal démocratique et par fidélité au projet politique de son parti, a opposé un refus systématiquement de verser dans les jeux de manipulations orchestrés par le pouvoir et ce avec le peu de moyen dont il disposait.

Entre les déclarations compromettantes (démontrant les arrestations des trois opposants) de l’Ambassadeur de France et Vice roi tchadien, des "Ministrons" BACHIR et ABDALLAH et enfin de IDRISS des premiers jours de février Nous n’oublierons jamais  de remerciez par la même occasion son Excellence monsieur NGARLEJI YORONGAR qui a été à la hauteur de ses responsabilités (contrairement à d’autres) et qui a plus qu’éclairer l’opinion nationale et internationale sur cette affaire.

N’oubliez pas que malgré ce semblant d’amorce de dialogue avec l’opposition démocratique [Nomination de Y.S.A, un ouaddaien qui fut un des plus proches compagnons d’IBNI et l’entrée indigne au gouvernement de quatre membres éminents de la CPDC, sans que ne soit donnée aucune assurance sur la situation de leur porte-parole] et cette mascarade de commission d’enquête : le scénario de sortie de crise au Tchad n’est pas encore tout à fait ficelé tant que vous détiendrez IBNI.

C’est l’occasion offerte aux tchadiens de manifester, même s’ils n’ont pas cette culture là, c’est le moment.

Nous lançons un nième appel à Monsieur IDRISS : Monsieur IBNI OUMAR, universitaire et ancien recteur, homme d’Etat qui fut ministre pendant sept ans, secrétaire général du Parti des libertés et du développement, ancien candidat à l’élection présidentielle en 2001, porte-parole de la Coordination pour la défense de la Constitution (CPDC), rejetant toute opposition armée, a fait le choix d’une action politique démocratique civile. La lâcheté vous rattrapera, devenez quelqu’un de responsable et de raisonnable, assumez vos actes et libérer inconditionnellement monsieur IBNI. Votre régime risquerait sinon d'ajouter un des plus inqualifiables forfaits et vous risquerez de le payer tres cher.

 

                                   MOHAMED SALEH IBNI OUMAR

 

 

Commenter cet article